L’architecte et designeuse française la plus contemporaine du XXe sièc

L’architecte et designeuse française la plus contemporaine du XXe sièc
Charlotte Perriand naît, le 24 octobre 1903 à Paris d'un père tailleur, et d'une mère
couturière pour la haute-couture.
Diplômée en 1925 de l’Union Centrale des arts décoratifs, Charlotte Perriand fait partie, de plein droit, de l’élite culturelle qui, à partir des premières décennies du vingtième siècle, a promu le renouveau des valeurs esthétiques et a donné son impulsion à une sensibilité proprement moderne de la vie quotidienne.
En ce qui concerne l’histoire de l’ameublement du vingtième siècle, l’avènement de la modernité est sans aucun doute rendu possible par l’action audacieuse d''une telle réformatrice de l’architecture d’intérieurs.
C’est à l’âge de 24 ans, avec son Bar sous le toit, qu’elle se fait connaître. Elle le présente en 1927 au Salon d’Automne et fût acclamée par la critique. Entièrement en cuivre nickelé et aluminium anodisé cet ensemble se compose de guéridons, de tabourets bas et de bar à piétement cruciforme ou circulaire et une banquette.

10 ans d’une belle collaboration :
La même année 1927 , commence une collaboration décennale avec Pierre Jeanneret et
le cousin de ce dernier Le Corbusier, qui l’intègre dans l’équipe de son agence et lui confie les
responsabilités de l’équipement de l’habitation.
En 1928 le trio de designers créé, pour la villa La Roche et la villa Church :
La mythique chaise longue LC4,
Le fauteuil à dossier basculant LC1,
Le fauteuil Grand Confort LC2,
Table LC 10-P
Table à piétement ovoïde LC 6,
Ce mobilier est actuellement édité par Cassina qui détient les droits exclusifs.

Dans ce trio, elle devient ainsi un pilier dans la réalisation du projet de renouveau de l’architecte, Le Corbusier, en ajoutant en particulier une dimension d’humanisme. C’est ainsi qu’elle parvient à animer avec de nouvelles valeurs esthétiques des objets fondamentaux du vivre et que son talent et sa prévoyance dans le domaine de la découverte et de l’emploi de nouveaux matériaux se dévoilent au grand jour.

Les années Japon :
À partir des années 1940, son style est fortement influencé par un long séjour en Extrême-
Orient, et notamment au Japon.
Elle y occupe le poste de conseiller à l'art industriel auprès du ministère du Commerce et de l'Industrie. L’invitation lui est parvenue par Junz? Sakakura avec qui elle avait travaillé dans l’atelier de Le Corbusier entre 1931 et 1936. Elle dort à l'hôtel impérial et bénéficie d'un salaire supérieur à celui de son ministre de tutelle, jouissant d'une place particulière pour une femme par
rapport aux Japonaises.
En 1942, elle part pour l'Indochine, revient à Tokyo et est rapatriée en France en 1947. Elle effectue son second grand voyage au Japon en 1955.

Les années 1950-1990 :
De 1955 à 1960, Charlotte Perriand assure la direction artistique avec Jean Prouvé de la Galerie Steph Simon à Paris où leurs travaux sont exposés ; elle y collabore notamment avec Serge Mouille.
Charlotte Perriand participe entre 1967 et 1986 à la conception de la station d'altitude des Arcs en Savoie, à la fois dans son architecture et dans les aménagements d'intérieur.
Charlotte Perriand a su être une figure majeure de l’histoire de la modernité, liée aux avant-gardes européenne, japonaise et brésilienne, elle a contribué à mettre les avancées modernes au service du plus grand nombre.
Elle décède le 27 octobre 1999 à Paris.